Retour  

La fabrique des corps

Notre goût pour les mondes non ordinaires tels que décrits dans les légendes, les mythologies et le cinéma fantastique nous a conduites à réfléchir sur une première interface de contact, la peau, que nous avons matérialisée avec des peintures murales en volume en visualisant des effets de métamorphose. Après avoir exploré cette question de transformation de l’apparence physique, nous nous sommes emparées de la notion du corps en lorgnant le sol pour questionner la nature humaine et ses travers. Au... Notre goût pour les mondes non ordinaires tels que décrits dans les légendes, les mythologies et le cinéma fantastique nous a conduites à réfléchir sur une première interface de contact, la peau, que nous avons matérialisée avec des peintures murales en volume en visualisant des effets de métamorphose. Après avoir exploré cette question de transformation de l’apparence physique, nous nous sommes emparées de la notion du corps en lorgnant le sol pour questionner la nature humaine et ses travers. Au début, nous avons pointé du doigt cette idée de spécisme développée par l’homme au fil du temps, en jouant sur le rapport supériorité/animalité que nous avons matérialisé à travers le gang des U mutants : des sculptures-mots poilues transformables en totems géants.
D’une métaphore animalisée, nous sommes passées à une déconstruction de l’homme, en envisageant une chosification de celui-ci pour dénoncer les formes d’assujettissement des hommes sur les hommes. Un premier jet d’homme minimal a fait surface sous forme d’épouvantail, construit par des tranches rondes superposées similaires à des coupes anatomiques et habillées de guenilles travaillées en plis et en nœuds : les momies
Puis nous avons repensé l’homme à travers son projet d’immortalité en enfonçant le clou sur son idée transhumaniste. En effet, l’homme poursuit sa folie meurtrière en cherchant à modifier une partie de l’humanité en playmobiles dominants et en réduisant les non consentants à "des singes du futur". Ces questions de corps modifiés et de soumission nous ont amenées, aujourd’hui, à parodier cette vision en créant des mammifères composites qui reprennent les techniques de "transgenèse" que nous avons développées au fil de nos travaux.

 

Créé avec Artmajeur